Chapitre 44 : Enfin heureux

Très vite, Cédric et moi passons beaucoup de temps ensemble. On a les mêmes intérêts : musique, ciné, concerts, voyages et la lutte contre le VIH, bien sûr. Tout se passe naturellement avec lui. On se dispute très rarement, même s’il a son caractère et moi le mien. Je comprends vite qu’il ne faut pas lui adresser la parole quand il se lève. Il n’est pas du tout du matin et s’exprime sous formes de grognements !

Quand on ne connaît pas Cédric, il peut paraître un peu froid et impressionnant, mais une fois qu’on brise la glace, c’est un garçon tellement attachant avec des valeurs humaines rares. Et qu’est-ce qu’il est sexy mon homme, grand, imposant avec un vrai charisme.

J’ai la chance aussi que Cédric accepte mon besoin d’une sexualité en dehors du couple. Dès notre premier rendez-vous, je lui explique que j’ai été dans un couple exclusif pendant quatre ans et que ça m’a beaucoup frustré. J’ai compris alors que le concept judéo-chrétien de monogamie n’était pas pour moi. J’ai une forte libido et j’ai besoin d’une sexualité alternative au couple principalement dans les saunas/bars à cul. Du sexe purement physique avec des inconnus. Cédric le comprend et n’a pas non plus envie d’une relation exclusive au niveau sexuel. On n’en parle pas plus que ça. Il sait, mais je ne vois pas l’intérêt de lui raconter ce que je fais dans ces endroits et réciproquement, il est libre de s’amuser de son côté mais ça ne m’intéresse pas d’en savoir plus et ça ne me regarde pas. C’est notre jardin secret.

Une chose est sûre : notre relation me fait du bien. Cédric me rend heureux.

À l’époque, je subis une forme de harcèlement moral au bureau d’un collègue homophobe. Cédric me donne la force de bouger. Je postule au siège de ma boîte et j’obtiens une promotion. En septembre 2014, je quitte l’agence dans laquelle j’ai travaillé des années et mes collègues adorés qui sont devenus des amis.

L’arrivée au siège de ma boîte est compliquée. Je n’aime pas du tout l’ambiance de mon service, les messes basses, les propos parfois racistes et homophobes. Surtout, je réalise que j’ai fait une grosse erreur en postulant aux services financiers alors que je déteste les chiffres et qu’Excel est mon pire cauchemar. J’ai le syndrome de l’imposteur, la boule au ventre en arrivant le matin. C’est une période très difficile à vivre.

Heureusement, le soir, je retrouve mon homme qui me rassure et me soutient.
Plus que mon amant, Cédric devient mon meilleur ami, ma famille. mon pilier.

24 décembre 2014, pour la première fois depuis la mort de Maman en 2001, je retrouve plaisir à fêter Noël avec Cédric et sa famille. Je m’entends bien avec eux, ils sont chaleureux, bienveillants. On passe un super réveillon tous ensemble chez une de ses tantes en Normandie.

Cédric m’apprend le lendemain en rentrant à Paris que sa tante n’avait pas été prévenue de ma présence et n’était pas officiellement informée de son homosexualité. Je sens qu’il est fier et heureux d’avoir passé son premier Noël en famille avec son mec.

Moi je me sens enfin heureux après six années compliquées.
Pourvu que ça dure !

LIENS DE COMMANDE DE LA VERSION PAPIER

CHAPITRE PRÉCÉDENT

CHAPITRE SUIVANT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s