IST Shaming : « Tes IST tu te les gardes ! »

J’ai déjà abordé sur ce blog la sérophobie et le slut shaming et aujourd’hui j’ai envie de vous parler du IST shaming. Je ne suis pas certain que ce terme existe en vrai mais je n’ai pas trouvé mieux alors on va faire avec.

Bon alors les gars (car oui dans ce billet je m’adresse en priorité à ma communauté les hommes gays/bi/hétéros curieux) c’est quoi votre problème avec les IST ?

Constat de base, chopper une IST c’est jamais cool mais ça fait partie de la vie et ça fait partie de la sexualité, en particulier si vous êtes du genre à avoir une sexualité généreuse.

Après on va pas dramatiser non plus, la plupart des IST se traitent très facilement avec une piqûre dans les fesses et/ou quelques jours d’antibiotiques.

D’ailleurs svp quand on vous parle de la PrEP, arrêtez de répondre « oui mais ça protège QUE du VIH et pas des ziesstayyy ». « QUE » du VIH ? Donc vous mettez au même niveau une infection avec un traitement chimique à vie et une chaude pisse ? La comparaison n’est pas raisonnable et c’est même une insulte pour les 38 millions de personnes qui vivent avec le VIH dans le monde (et les 690 000 personnes décédées en stade sida en 2019 faute d’accès à un traitement).

Bref, de retour à mes charmantes IST… Je disais donc que choper une gono ou une chlam ça arrive à tout le monde et « ce n’est pas sale » comme dirait le Doc (Doc et Difool, Fun Radio, les années 90 toussa…).

Alors pourquoi cette tendance à l’hygiènisme et au shaming des porteurs d’IST sur les applis de dragues gays ?

Petit best of des phrases que j’ai pu lire (notamment ce qu’on nous envoie sur le compte Insta « Séropos vs Grindr »)  :

« Cherche mec hyper clean avec preuve de dépistage VIH + IST récent »

« SVP pas de mecs sous PrEP ce sont des nids à IST »

« Cherche mec sain de corps et d’esprit, Tes IST tu te les gardes ! »

« Clean veut dire propre littéralement. La propreté ne se résume pas qu’à une douche . Il y a la propreté extérieure à un corps et celle interne. Un des traits de la propreté peut être l’absence de maladie ».

La dernière c’est ma préférée, le mec qui cherche la propreté interne du corps il est balèze quand même. Il n’a jamais du voir un épisode de Urgences ou NCIS car un corps à l’intérieur c’est pas du tout propre…

Plus sérieusement ce mécanisme de rejet est très semblable à la sérophobie. Les mecs projettent leurs peurs et leur hygiénisme sur l’autre qui est forcément un danger, un « nid à IST ». Du coup ils se mettent eux-mêmes en danger en basant leur prévention sur du déclaratif ou en exigeant un bilan IST récent qui de toute façon ne sera jamais fiable à 100% en temps réel (on rappelle que la plupart des IST ont un temps d’incubation donc peut être qu’aujourd’hui tout est négatif mais peut être aussi que tu as chopé une gono dans la gorge en suçant un mec avant hier soir).

Ma philosophie avec les IST est simple : personne n’en veut mais tout le monde en a (au moins une fois dans sa vie à moins de vivre dans un monastère ou d’être dans un couple exclusif hétéro catho frustré qui ne baise que pour se reproduire!).

Alors ça ne sert à rien de se torturer l’esprit à se demander qui a bien pu me refiler telle IST. Est-ce que je dois me méfier de lui car il va souvent au sauna ? Lui c’est un habitué des soirées touze c’est sûr il va me refiler un truc etc.

La solution pour ne plus se prendre la tête ?

Faire un dépistage systématique des IST tous les 3 mois dans un Cegidd avec prélèvement des 3 sites (bite, gorge et cul). Ça permettra de repérer les IST qui se cachent dans les orifices du plaisir et n’ont pas systématiquement de symptômes (c’est assez courant) et en cas de résultat positif vous serez traité à temps.

Deuxième conseil : Prévenir vos partenaires récents. Un petit texto au voisin sexy qu’on a sucé le premier du déconfinement par exemple. Pas de honte à avoir encore une fois, avoir une IST ça arrive à tout le monde et ce n’est pas grave.

Enfin si votre plan cul régulier vous envoie une notification d’IST par texto, dites lui MERCI à ce gentil messager et ne l’engueulez pas ! Grâce à lui vous allez pouvoir faire un dépistage et traiter si besoin. Si vous n’aviez pas été prévenu, vous auriez pu garder une IST asymptomatique pendant des semaines et la transmettre, sans le savoir, à vos camarades de jeux.

1 réflexion au sujet de “IST Shaming : « Tes IST tu te les gardes ! »”

  1. Merci pour ton billet, il fait du bien à lire.

    J’ai chopé une IST il y a 5 ans, je n’avais aucun doute sur qui me l’avait transmise, alors je l’ai appelé pour lui dire. Le mec a insisté que lui il « était clea »n, que ça pouvait pas être lui (alors sque je venais de lui expliquer qu’il avait été mon seul partenaire sur la fenêtre possible de contamination depuis mon dernier dépistage). Et ensuite, il m’a balancé que je mentais, que j’avais couché avec un autre mec juste avant ou depuis, qu’il n’était pas, lui, une salope (« Le rapport, you, slutshaming bitch ? »)… Je lui ai dit d’aller se faire dépister et de se faire traiter le cas échéant et j’ai raccroché.

    J’ai su un mois plus tard en discutant avec un autre gars qu’il n’avait pas dû le faire parce que le mec avait chopé la même que moi… Un bon coup, très bien gaulé, mais alors quel con inconséquent ! (Et il m’a refroidi·e sur la pipe sans capote pendant longtemps !)

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s